Léa Mathis, auteure

BLOGUE

  • Reine sur l'échiquier

    Bien droite sur ses talons aiguilles, solidement ancrés. La nervosité montait devant cette entrée aux colonnes romaines gigantesques surmontées d’une plaque en laiton. « Bouchard, Côté & Associés. Oufff respire un bon coup, ma belle ! », se dit Lisa.

    – Est-ce que je serai encore à la hauteur ? Georges sera-t-il content de me voir ? Je suis partie tellement vite en convalescence. Je lui ai laissé une montagne de dossiers.

    Dans l’attente que les portes de l’ascenseur s’ouvrent, Lisa replace machinalement ses cheveux et prend l’air habituel d’une femme d’affaires. Elle regarde si son sac à main est toujours à son bras. « Tu es mon talisman pour ma nouvelle vie. Un rappel de mon passage en Inde après cette convalescence interminable ».

    L’accueil est juste en face. Le souffle coupé, elle réajuste sa jupe « Tenue adéquate, aller fonce ! ». Elle commence à avancer à petites foulées délicates qui lui donne un air assuré.

    – Bonjour, Katherine, marchant vers son espace de travail, elle l’aperçoit au loin, lui, son juriste préféré. Elle lui fait signe de la main, sans retour. Les deux mêmes secrétaires toujours assises, une en face de l’autre en grande discussion. « Ah ! le voilà mon bureau ! »

    La porte s’ouvre, un homme sort.

    – Bonjour, Monsieur… euh… L’homme s’éloigne sans répondre.

    Elle ferme les yeux, prend une profonde inspiration. « Allez c’est parti ma Lisa ! »

    Poussant la porte, elle est abasourdie par toutes les piles de dossiers à moitié ouverts, des feuilles en sortent pêle-mêle. « Mais qu’est-ce que c’est que ce désordre ? »

    – J’ai bien laissé une tonne de travail, mais pas au point de retrouver mon bureau sens dessus dessous !

    Lisa enlève son manteau pour le suspendre dans le placard.

    – Un veston ? Mais qu’est-ce qui se passe ici ? Je pense que tu as besoin d’un bon café pour commencer cette journée, car elle s’annonce mouvementée.

    Elle se dirige vers la petite desserte pour prendre une tasse. « Où sont mes tasses ? Et mon pichet ? À qui appartiennent tous ces objets ? C’est pourtant bien mon bureau ! »

    – Je n’ai pas la mémoire de la bibliothèque d’Alexandrie, mais je sais que je suis bien dans mon bureau. Elle se précipite à la fenêtre pour regarder en bas. « Oui, c’est bien le petit jardin où mes yeux se posent depuis 13 ans. Ah ! Merveilleux, me voilà rassurée. »

    – Georges va peut-être m’expliquer ce qui se passe ici.

    Quelques pas la séparent du bureau de Maître Côté, elle l’aperçoit là, debout, avec son charisme à couper le souffle. Son attention est détournée par la discussion des secrétaires. « Maître Côté se sentirait beaucoup mieux s’il n’avait pas du remplacer Lisa par Jacques. On doit faire la moitié de ses tâches pour qu’il arrive à boucler les dossiers en temps et en heure. »

    – Je suis exténué, Lisa valait bien trois personnes question travail.

    – C’était une sacrée femme !

    – Oui, nous avons perdu une bonne reine sur notre échiquier. On ne trouvera pas mieux.

    – Je suis triste pour sa famille… Lisa s’est envolée tellement jeune…

                                                                                                                                    Léa Mathis, 16 septembre 2017

  • Compagnons d'écriture

    Un challenge qui change notre dynamique d’écriture !

    Lire la suite

  • Karine Vienneau, auteure

    Karine Vienneau, jeune auteure en auto-édition.  

    Remplie d’émotions qu’elle laisse couler au fil de ses articles, de ses nouvelles…

    Beaucoup de points communs avec cette auteure que j’admire pour son courage, ses passions et ses envies. Elle nous donne la persévérance de marché sur la route du métier d’auteur.

    Lire la suite

  • Judith Gagnon, auteure

    Judith Gagnon est une jeune auteure que je viens de découvrir. Pleines de talents, cette Judith! 

    Une artiste que j’admire pour ce qu’elle défend. L’homosexualité!  

    Très peu d’auteurs écrivent des livres dont le protagoniste est homosexuel. Et je suis reconnaissante envers ses convictions de changer la mentalité de cette société. Le monde d’aujourd’hui, le jugement et le pointage du doigt ne devraient pas exister pour cette différence.  

    Elle a une plume claire et concise. C’est elle qui me l’a dit!

    Lire la suite

  • Sur mes traces

    Aujourd’hui, je me regarde dans la glace… 
    Un retour en arrière est projeté, dans cette glace qui me renvoie mon image d’antan.
     
    Sourire aux lèvres… 
    J’avais le regard perçant, d’une nouvelle journée pleine de promesses.

    Jadis, j’étais cette femme qui faisait rêver les autres
    Aucune journée n’était vaine de promesse.

    Les années passées, on remplit mon cœur de larmes…
    Trop peu d’étreinte pour me consoler.
    Je me suis laissé piétiner… 
    Comme on marche dans les rues de Rocamadour.

    Mes fautes…
    D’avoir cru en toi et d’avoir continué.

    Une larme sur ma joue…
    De trop de déception.
     
    Maintenant, je me regarde…
    J’ai cette peau qui m’indique que j’ai vieilli.

    Je fais un effort…
    Je m’expose un sourire pour retrouver celle qui était.

    Un sentiment m’envahit…
    Je retrouve la force de cette âme, qui je croyais perdu.

    Me revoilà…
    Efforts soutenus, me permet de prendre la route de la guérison.

    Si, toi aussi…
    Tu as descendu les marches des sentiments
    Trouve ce reflet d’antan…
    Qui verra qui tu étais.

    Ajuste l’image…
    Pour sourire à nouveau !

    Léa Mathis, 25 octobre 2017

  • Ouvre la porte

    Ouvre la porte de tes yeux pour voir la beauté de la nature.
    Ouvre la porte de ton nez pour inspirer la nature.
    Ouvre la porte du toucher pour prendre contact avec la nature.
    Ouvre la porte de tes oreilles pour entendre les bruits de la nature.

    Surtout, ouvre la porte de ton cœur, pour en ressentir ce qui est sublime.
    Ce qui est sublime nous promène le long des rêves,
    Tel un voilier qui contemple le bord de la mer…
    Avec ses vagues nous poussent doucement…
    Au-delà de nos rêves.

    Surtout, ouvre la porte de ton cœur, pour en voir la générosité de la terre.
    Une générosité qui nous promène le long de l’abondance…
    Tel un champ rempli de blé,
    Ou une forêt remplie d’arbres majestueux…
    Le vent sur notre visage nous pousse doucement…
    Vers l’avenir.

    Surtout, ouvre la porte de ton cœur, pour entendre la musique…
    Sorti de nulle part, au rythme d’une chanson…
    Tel un violon faisant glisser son archet sur ses cordes.
    Le son de la sérénité nous pousse devant…
    Le chant de la vie.
     
    Surtout, ouvre la porte de ton cœur, pour laisser entrer l’intuition.
    Ton intuition te guidera à travers la nature,
    Tel un radar naturel…
    Voyageant au pas de l’unisson,
    Vers les terres promises.

                                                          Léa Mathis, avril 2016

  • Mon Pays

    Je suis née, 
    Dans une petite chaumière,
    À moitié barricadée,
    Près d’une rivière.

    Cette petite chaumière,
    Il y a longtemps que je l’habite, 
    Près d’une rivière,
    Quelque part sur notre orbite.

    Cette petite chaumière, 
    Je ne peux la quitter, 
    Près d’une rivière,
    C’est une chaumière de demain et d’hier.

    Cette petite chaumière, 
    Près d’une rivière,
    Je vais y rester toute ma vie,
    Car mon pays c’est ici.

    Léa Mathis 1983

  • Gilbert Rozon et Éric Salvail

    Mon coeur pleure en silence de ce genre d’histoire…

    Lire la suite